Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

Afficher plus de résultats

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Search in posts
Search in pages

Pourquoi la littérature [du vagin] respire mal

Accueil » Boutique » Pourquoi la littérature [du vagin] respire mal

Pourquoi la littérature [du vagin] respire mal

  • Sous-Titre : Les daltoniennes de l’écriture inclusive
  • Auteur : Philippe Pichon
  • Editeur : VERBE HAUT
  • Nb de pages : 190
  • Date de parution : 25/10/2023

Informations complémentaires

Poids 0,26 kg
Dimensions 15 × 21 × 1,5 cm
UGS : 9782491187361 Catégories : ,

20,00

Résumé

Nous, vous, iels. : France, ta littérature fout le camp, comme étrangère à elle-même.

Il était deux fois un monde ne pardonnant rien, sauf la médiocrité d’une orthographe féminine au pluriel ; un pays où tout est permise ; une époque de mâles castrés par des corps transgenres : « Le Livre de Prométhéa ».

Quand le canapé lit, c’est que l’auteur est prêt à se coucher sur le divan des divas d’Elle. Et le cas de conscience devient immédiat : que lire et surtout quoi s’épargner ?

Véritable « lettre ouverte » aux nouvelles maîtresses censeures, prêtresses de l’écriture inclusive et mères la morale d’une féminitude outrancière, l’auteur s’attache à dénoncer l’indigence littéraire de cet « écrire femme » qui sévit depuis 1955, et dont les avatars se nomment Darrieussecq, Despentes et Delaume, jeunes nées d’un sexe qui n’en est plus un.

Le polémiste ne cache pas avoir ses têtes, et donc ses têtes de Turques. Tendre dans l’éloge, dur dans l’éreintement, fidèle dans le paradoxe, il s’en prend de préférence aux génies installés, aux notables reconnus, aux vaches sacrées. Beauvoir et Duras en prennent pour leur grade, et d’autant plus que ce grade est élevé. Les tenantes de l’« écrire pour être », Benoîte Groult et Annie Leclerc, Marie Cardinal et Monique Wittig, sont proprement assassinées. Hélène Cixous et Julia Kristeva, collées au mur et sommairement exécutées. C’est bien leurs tours. Les fantaisistes Muriel Cerf et Chantal Chawaf, en revanche, sont ovationnées suivant leurs mérites, et non en fonction de l’opinion régnante ou de leur audience.

Et si vous etiez intéressé par ça aussi ...