Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Search in posts
Search in pages

La Mécanisation de l’esprit

Accueil » Boutique » AUTRES THEMES » SCIENCES HUMAINES » La Mécanisation de l’esprit

La Mécanisation de l’esprit

  • Sous-Titre : Cybernétique, Intelligence artificielle, Transhumanisme
  • Auteur : Jacques Carbou
  • Editeur : VERBE HAUT
  • Nb de pages : 112
  • Date de parution : 09/09/2022

Informations complémentaires

Poids 0,16 kg
Dimensions 14,8 × 21 × 0,9 cm
UGS : 9782491187163 Catégories : ,

16,00

Résumé

Dans cet essai, Jacques Carbou date la naissance de la cybernétique en 1948, avec le livre de Norbert Wiener. Cette discipline nouvelle a suscité beaucoup d’intérêt chez les scientifiques.
Raymond Ruyer publie en 1954 un livre sur la cybernétique dont il critique les postulats et présupposés tout en reconnaissant les avancées intéressantes. Il met l’accent sur l’origine de l’information qui semble oubliée par la cybernétique. A la fin des années 1960, l’engouement pour la cybernétique est retombé, remplacé par l’informatique. L’apparition de l’ordinateur explique le développement de l’intelligence artificielle par les ingénieurs. L’auteur montre, à travers cet ouvrage synthétique, que les analyses de Ruyer restent pertinentes pour critiquer certains postulats de l’IA. En outre, les différentes formes de transhumanismes qui s’appuient sur certaines données de l’IA peuvent être critiquées par les mêmes arguments utilisés par Ruyer. Il existe, en effet, un fil directeur de la cybernétique au transhumanisme en passant par l’intelligence artificielle qui consiste en la mécanisation de l’esprit. C’est ce fil que tire l’auteur pour donner au lecteur une vision concise mais précise des idéologies de ce mouvement, et des acteurs qui les portent. Ces derniers considèrent le cerveau et le corps humain comme des machines sur lesquelles nous nous accordons tous les droits d’agir pour de supposées bonnes raisons. En décrivant, puis en poursuivant, la pensée de Ruyer, Jacques Carbou réfute cette mécanisation de l’esprit qui simplifie
à l’excès le fonctionnement complexe du cerveau et du corps humain.

Et si vous etiez intéressé par ça aussi ...