Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Search in posts
Search in pages

Un béret rouge… en képi bleu ! mission en kabylie 1956-1961

Accueil » Boutique » MILITARIA » AUTRES CONFLITS » Un béret rouge… en képi bleu ! mission en kabylie 1956-1961

Un béret rouge… en képi bleu ! mission en kabylie 1956-1961

  • Auteur : Georges Oudinot
  • Editeur : ESPRIT DU LIVRE (L’)
  • Date de parution : 01/01/2008

Informations complémentaires

Poids 1,06 kg
Dimensions 23,6 × 15,5 × 3,6 cm
UGS : 9782915960228 Catégories : , ,

29,00

Résumé

Septembre 1955.
Le capitaine Oudinot revient d’Indochine, amer d’avoir dû quitter ses compagnons d’arme, les  » paras vietnamiens « . II a beaucoup réfléchi à cette guerre subversive perdue et comme la plupart des officiers d’Indochine, il est convaincu que lors des conflits latents, l’objectif de l’agresseur sera désormais la prise en main des populations pour les soumettre à une idéologie révolutionnaire.
Homme de guerre, il se sent concerné par la situation alarmante de l’Algérie où une mouvance subversive indépendantiste minoritaire très active profite de la sous-administration endémique du bled pour instaurer, par le racket et l’assassinat, un climat insurrectionnel généralisé.

La gravité de la situation contraint le gouvernement à faire appel à l’Armée et le gouverneur général Soustelle obtient, pour étoffer le maillage administratif, que soit mis sur pied un service des Affaires algériennes inspiré du service des Affaires indigènes du Maroc. Les officiers de ce nouveau service, qui portent le traditionnel képi bleu à croissant d’or de leurs  » Anciens « , prennent en charge de nouvelles circonscriptions : les Sections Administratives Spécialisées (SAS) créées par fractionnement des communes mixtes.
Leur mission immédiate consiste à rétablir le contact avec la population, en liaison étroite avec l’Armée, et à réactiver l’Administration sous toutes ses formes. Aux yeux du capitaine Oudinot,  » l’officier SAS  » ainsi défini est le maillon qui manquait entre les domaines civil et militaire, confrontés à une situation de non-droit. Une fois de plus, il se porte  » volontaire « . En mai 1956, il est nommé chef de la SAS de Beni-Douala, en Grande Kabylie.

Et si vous etiez intéressé par ça aussi ...